Publié le

Équitation éthologique – Université de Rennes 1

Bonjour chers amis, lecteurs, visiteurs…. Je n’ai pas écrit depuis un (trop) long moment. Peut-être avez-vous remarqué que ce blog a changé de look? Je vous dirai absolument TOUT dans les articles qui vont suivre. Aujourd’hui, accrochez-vous, j’ai un scoop! J’ai repris mes études 🙂 Mais finalement, l’équitation éthologique, c’est quoi donc? Nous sommes de plus en plus nombreux à nous préoccuper du bien être de nos loulous. L’équitation éthologique repose sur des principes de non-violence et de prise en compte du statut d’animal-proie du cheval. Le but est de persuader l’animal d’obéir en douceur, plutôt que de le forcer ou d’entrer dans une relation conflictuelle.

  1. L’EQUITHOLOGIE
  2. OBJECTIFS DE L’ÉTUDE, COMPÉTENCES DÉVELOPPÉES
  3. ORGANISATION PÉDAGOGIQUE
  4. PROGRAMME
  5. DIPLÔME
  6. PROJETS
The natural horsemanship
Equitation et saut d’obstacles – Horse riding and show jumping
  • 1/L’équithologie

L’équithologie, équitation éthologique, est la recherche permanente d’un meilleur chemin pour arriver à mieux communiquer avec son cheval dans la légèreté et le plaisir partagé. Se remettre en question face au cheval, ce n’est pas facile, mais c’est indispensable. Sinon, autant faire de la mobylette.

Même les chevaux les plus récalcitrants peuvent être éduqués. Cela ne prend que quelques heures pour leur apprendre à se comporter différemment. La plupart du du temps, lorsque nous sommes irrités contre notre cheval parce qu’il ne fait pas ce que nous souhaitons, c’est un manque de communication qui est en cause. Ce n’est pas parce qu’il ne veut pas le faire, c’est parce qu’il ne comprend pas ce qu’il doit faire. C’est une question de feeling.

Je pense que, malheureusement, de la classe maternelle au Baccalauréat, nous avons passé des heures assis sur une chaise d’école. Notre éducation a, d’une certaine manière, fabriqué des générations de handicapés sensoriel. La conscience et le contrôle de notre corps ont été relégués au rang des choses secondaires. Nous avons du mal à écouter nos sens et à coordonner nos gestes. C’est ce que mon cheval m’a fait comprendre et c’est la raison pour laquelle j’ai décidé d’étudier différemment.

The natural horsemanship
Equitation et saut d’obstacles – Horse riding and show jumping
  • 2/Objectifs de l’étude, compétences développées.

L’apport de bases scientifiques sérieuses, tout comme le développement de compétences en matière d’observation, est unique en ce qu’il se base sur des équipes de recherche dynamiques et reconnues.

Les objectifs de sont :
– d’apporter les connaissances scientifiques actuelles sur le comportement du cheval ;
– de développer les compétences dans le domaine de l’observation et de l’analyse du comportement ;
– d’apprendre à utiliser ces compétences et connaissances pour la pratique quotidienne : relation Homme/cheval, gestion des groupes, structuration du site…
et ce, dans tous les contextes liés au cheval.

  • 3/Organisation Pédagogique

La formation est originale en ce sens qu’elle s’appuie sur des modules répartis sur l’hexagone et dans des environnements spécifiques et particuliers. Elle se répartit sur 2 années universitaires, à raison de 6 modules de 5 jours : 3 en première année et 3 en deuxième année, pour un total de 240 heures d’enseignement (cours et travaux dirigés).

Des visites dans des établissements professionnels (élevages, haras, centres équestres) permettent des échanges avec des professionnels. Les stagiaires bénéficient de l’occasion unique d’observer, outre les chevaux domestiques des quatre premiers sites, les chevaux de Przewalski au Villaret, seule espèce sauvage encore en vie. Chaque module comporte des cours théoriques, des observations voire des expérimentations, de l’analyse de données et est sanctionné par un examen.

The natural horsemanship
Equitation et saut d’obstacles – Horse riding and show jumping
  • 4/Programme

M1 : buts et méthodes de l’éthologie

M2 : cognition, tempérament et conditions de vie chez le cheval

M3 : socio-écologie du cheval

M4 : élevage, développement et éducation du poulain

M5 : gestion d’un établissement hippique

M6 : comportement humain et approches du cheval

  • 5/Diplôme

Diplôme d’Université éthologie du cheval

UFR sciences de la vie et de l’environnement (SVE)

diplôme d’Université – niveau bac+2 – temps discontinu

L'équitation éthologique
Equitation et saut d’obstacles – Horse riding and show jumping
  • 6/Projet

La Maison Écologique une association de protection de l’environnement. Nous avons lu beaucoup d’articles sur l’évolution de notre écosystème. Le bilan écologique est désastreux. Nous, les Hommes, détruisons la planète qui nous fait vivre. Chacun peut faire un petit geste. Si parfois, l’écologie ressemble à un retour en arrière, c’est juste une apparence. Nous proposons des solutions scientifiques, mais il est vrai qu’il nous faudra bousculer un peu notre confort.

Dans le cas présenté aujourd’hui, nous rendons sa place au cheval. Le cheval est l’ami de l’homme. C’est un compagnon de travail, de transport mais aussi une présence affective. Le cheval de pollue pas, bien au contraire! Nous avons deux poulains qui sont éduqués sans violence. C’est ici que l’éthologie nous est bien utile et nous en parlerons régulièrement au fur et à mesure des progrès de Ganesh et de Gaya.

Nous sommes sur le chemin de l’éco-Oasis de La Maison Écologique.

  • Et vous chers lecteurs, comment envisagez-vous l’avenir?
  • Aimez-vous les chevaux?
  • Nous serons très heureux de partager nos expériences d’éducation équine. Que pensez-vous de l’équitation éthologique?

Publié le

*Ma recette de lessive au savon de Marseille

La lessive, on ne peut s’en passer, mais sait-on vraiment ce qu’il y a dedans ? Pourquoi ne pas se tourner vers la lessive écologique et ainsi éviter produits et parfums chimiques qui y sont généralement ajoutés ?

Les lessives écologiques - Ecological cleaners

Une famille française réalise environ 220 lessives par an, ce qui représente une consommation équivalente à 26 litres de lessive liquide ou 40 kg de lessive en poudre. Si depuis 2005, la règlementation impose une biodégradabilité finale au minimum égale à 60 % au bout de 28 jours cela laisse encore 40 % de toxiques dans l’environnement.

La lessive faite maison

Le Do It Yourself (fait maison) est très tendance dernièrement. La lessive n’échappant pas à la règle, il est très simple de fabriquer soi-même sa lessive à base de ce bon vieux savon de Marseille cher à nos grands-mères.  Vous pourrez faire 160 lessives avec 1kg de savon. Je prends mes produits de base à La Vie Claire ou à la Biocoop. Selon le linge à laver, j’ai plusieurs recettes. Celle qui suit est super pour le blanc.

  • *Eau (1L)
  • *Savon de Marseille en paillettes (40G)
  • *Percarbonate de soude (2CS)
  • *Un bidon récupéré d’au moins 2L afin de pouvoir mélanger vigoureusement votre préparation et de rendre votre lessive fluide.
  • *Huile essentielle de Lavande (10Gts)

Ces solutions alternatives présentent l’avantage d’être peu couteuses et totalement neutres pour l’environnement (disons que c’est quand même plus naturel quoi).

Les lessives écologiques - Ecological cleanersLes lessives écologiques - Ecological cleaners

Il faut faire bouillir l’eau dans une grande casserole. Verser l’eau chaude dans votre bidon et ajouter les paillettes de savon qui vont se dissoudre rapidement. Laisser refroidir et ajouter le percabonate de soude et 10 gts d’huile essentielle de lavande. Remuer, remuer, remuer… La lessive se fige au refroidissement mais ne vous laissez pas impressionner : remuez et vous aurez le dernier mot Clignement d'œil

Mettre un verre de lessive (125ML) par machine directement sur le linge ou dans le bac.

Zéro gaspillage

Ne jetez pas vos restes de savon. Si ceux-ci sont fabriqués à partir d’huiles végétales, vous pouvez les incorporer dans votre lessive liquide. Il suffit pour cela de les dissoudre à petit feu dans une casserole remplie d’eau et d’ajouter la solution obtenue à votre lessive liquide.

Publié le

La leçon de “Choses”

La leçon de “Choses” de Jean-Jacques Rousseau pendant laquelle il apprend avec son élève fictif Émile l’environnement, la nature, tout ce qui l’entoure. Tout est prétexte à apprendre (se perdre dans les bois donnerait lieu à un cours sur la topographie,…)

Nos ancêtres apprenaient de leurs parents voir grands-parents et transmettaient à leurs enfants et petits enfants et même s’il y avait transformation, la base restait présente dans le respect et la tradition des arts et métiers jusqu’aux “sacro-saintes révolutions industrielles” qui n’ont plus fait que chercher à amasser toutes les ressources exploitables pour en faire de la monnaie, une économie de marché. Nous ne fabriquons plus de matières consommables ou nutritives, nous ne créons plus, nous fabriquons de l’argent avec de l’argent et bien bon appétit mesdames et messieurs car en plus d’encre certainement toxique, ça ne doit pas être très digeste. L’heure est à former des zombies-clones qui courent après des êtres fictifs et qui sont bien loin de la leçon de choses de Rousseau.

En éducation de l’environnement, depuis mon enfance, né en 1967, je n’ai vu fleurir que des complexes bétonnés, des villes qui se rejoignent pour former des mégalopoles, des centres commerciaux où tout est permis, il vous suffit d’avoir la carte qui va bien, la carte du sur endettement.

Les centres commerciaux, les “30 glorieuses” que nous subissons de nos parents, je ne leurs jette pas la pierre (qui n’aurait pas rêver d’un monde meilleur) mais je n’y vois là que de la fumisterie de tous les gouvernements successifs qui se foutent de nous ouvertement, il est temps de réagir.

Petit extrait de Chuck Palaniuk “Je vois ici les hommes les plus forts et les plus intelligents que j’ai jamais vu; je vois tout ce potentiel; et je le vois gâché. Je vois une génération entière qui travaille à des pompes à essence, qui fait le service dans des restos, ou qui est esclave d’un petit chef dans un bureau. La pub nous fait courir après des voitures et des fringues, on fait des boulots qu’on déteste pour se payer des merdes qui nous servent à rien. On est les enfants oubliés de l’Histoire mes amis, on n’a pas de but ni de vraie place, on n’a pas de Grande Guerre, pas de Grande Dépression. Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression : c’est nos vies. La télévision nous a appris à croire qu’un jour on serait tous des millionnaires, des dieux du cinéma ou des rockstars, mais c’est faux, et nous apprenons lentement cette vérité. Et on en a vraiment, vraiment, plein le cul.” Fight Club…..

Tout ce que nous avons appris, il est nécessaire, pour atteindre une vie pérenne et harmonieuse de le désapprendre. Nous devons repartir sur des bases plus saines tant sur les domaines de l’agriculture que de l’enseignement et l’apprentissage, de nouvelles bases que beaucoup trouvent “arriérées” mais qui sont les seuls moyens d’assurer un avenir aux générations futures, nos enfants, nos petits-enfants et les films catastrophes ne sont pas forcément que de la fiction, ils s’appuient sur des faits et des chiffres qui sont bien réels…

Petit extrait avec Morphéus et l’agent Smith, c’est l’agent Smith qui Parle : “Je souhaiterais vous faire part d’une révélation surprenante. J’ai longtemps observé les humains, et ce qui m’est apparu quand j’ai tenté de qualifier votre espèce, c’est que vous n’étiez pas réellement des mammifères … Tous les mammifères sur cette planète ont contribué au développement naturel d’un équilibre avec le reste de leur environnement, mais vous les humains, vous êtes différents. Vous vous installez quelque part et vous vous multipliez, vous vous multipliez jusqu’à ce que toutes vos ressources naturelles soient épuisées, et votre espoir de réussir à vivre, c’est de vous déplacer jusqu’à un autre endroit … Il y a d’autres organismes sur cette planète qui ont adopté cette méthode. Vous savez lesquels ? …les virus. Les humains sont une maladie contagieuse, le cancer de cette planète. Vous êtes la peste et nous, nous sommes l’antidote ». Matrix

Autrefois, lorsque j’étais gamin, nous partions en classe dans la nature et apprenions d’elle, la nourriture qu’elle amenait, les saisons, comment reconnaitre les empreintes d’animaux et les respecter, etc…

Aujourd’hui, quelques classes prennent le droit de sortir dans la nature pour apprendre à trier les détritus qu’ils vont trouver en nombre impressionnant.

Faire notre part de colibri est très bien mais unissons nous d’avantage encore pour combattre ces virus.